3 décembre 2017 Étiquettes : ,

Technicien: Lidl, lundi, 17 heures

Après un rendez-vous du pôle emploi qui n’aura encore abouti à rien, et que j’ai réussi à reporter à la semaine prochaine, je me rends compte que mon périple initiatique de samedi dernier nécessite une suite immédiate.

Il me manque des produits de première et moyenne nécessité. Je constate en arrivant qu’il y a une moyenne de cinq gros culs dont le caddie est farci à ras-bord par caisse.

Je prends un de ces paniers hybrides, trop volumineux pour qu’on puisse le soulever par la hanse, trop ridicule pour être tiré par une poignée, et choisis la deuxième option. N’ayant aucune liste, je me fie à mon instinct grégaire et mesquin, lequel me trompe depuis le premier jour de mon existence, ce qui constitue à mes yeux le seul parti pris viable. C’est la raison je me suis retrouvé avec des articles aussi incongrus que du maasdam, des saucisses viennoises, des spéculoos ou des filets de truite fumée. La réappro tombe le mardi (complètement débile, puisque c’est jour de marché), et c’est pourquoi j’ai toutes les peines du monde à trouver un clone discoune de boursin sur le rayonnage.

Je note: une femme voilée qui regarde un emballage de quiche lorraine industrielle entre deux doigts, puis après avoir vu la composition, s’en débarrasser le plus prestement possible; un enfant qui chiale sans aucune raison; deux reunoises à fond dans le swag qui n’ont d’autre choix, pour sortir du magasin, que de couper la file d’attente et se justifier de n’avoir rien à acheter, et la femme qui attendait derrière moi qui faisait montre de son exaspération et souhaitait sans doute que tout se passe plus vite. Elle achètera une bouteille de blanc, une boîte d’un kilo de glace au tiramisu (?) et d’autres choses que j’ai oubliées. La promotion sur les chips mexicaines que Lidl a le bon goût d’appeler tortillas rencontre apparemment un grand succès.

La caissière approche des quarante ans, et dégage un sentiment d’impuissance et de frustration dans son travail, qui contraste avec sa carrure impressionnante. Elle a des cheveux au carré avec un impressionnant travail de mèches. Elle a les yeux bleus. Le badge accroché au gilet de son uniforme indique un prénom kabyle. Je suis plus rapide à remballer que les clients qui me précédaient, elle semblerait m’en être reconnaissante, ce qui m’attriste encore un peu plus. Je compatis sincèrement sans pouvoir dire autre chose que des remerciements, et bonne soirée madame.

J’en ai pour vingt-deux euros. Je remonte à la maison avec une bonne quinzaine de kilos de choses et d’autres. Ce dernier aspect me satisfait profondément. Je mets à ce Lidl vespéral un bon 8.5 / 10, puisque je n’y ai pas trouvé ce que j’étais parti chercher en preums (des amandes effilées et des amandes en poudre) mais tout en sachant d’avance que c’était une cause perdue.


Étiquettes : , ,

Z – Lidl Kreuzberg

C’était en avril, et il a dit qu’on allait au Lidl, pas loin de l’appart. C’est marrant cette ville, un coup t’as une rue pavée pleine de vieux immeubles et des plantes partout, la rue d’après t’es sur Namek. On arrive au Lidl et y a plein de mecs assis par terre. J’arrive pas trop à savoir si c’est des charclos, de toute façon j’ai pas trop le temps d’y penser, va falloir que je la joue fine sur celle là. Je vais devoir faire les courses avec mon bro, lui faire entendre que certains trucs sont pas indispensable, qu’on a juste besoin de bouffe, de produits de douche et de PQ.

Là, il commence à mettre des trucs dans le panier, et.. Attends. T’es en train de prendre des bonbons ? Alors que ça fait une semaine que tu nous nourrit aux pâtes et à la bière cheap, parce que c’est rèche. T’es en train de prendre des bonbons alors que j’ai pas chié dur depuis une semaine à cause de toi ? En plus j’aime pas les bonbons. Bon ça va, ça va je dis rien, de toute façon si j’dis un truc je me prend un coup d’pied derrière la nuque.

Il a reprit ces putains de pâtes, je les ait en horreur maintenant. On est passé devant les fruits et légumes, j’ai prit des pommes. Ah, les pavés de saumon sont pas trop cher. Ce soir ce sera pâtes aux saumon. Je suis contente, les protéines c’est cool. Faudra qu’on passe au turc en bas de la maison acheter des bières à 70 centimes, aussi. Je me souviens jamais de leur nom.

Je met à ces coucourses une note de 6/10, parce qu’au final les pâtes étaient bonnes, mais j’avais toujours la chiasse.


31 août 2013 Étiquettes : ,

technicien – lidl

Coucourses d’avant-hier.
Je vais chez Lidl et je prends pour un euros cinquante-six de pâtes qui vont me faire les dix prochains jours, il y a un kilo de fusili et un kilo de spaghetti, je remarque que les bio ont été remplacés par des aux oeufs, j’habite vraisemblablement pas dans un quarier de rupins, ainsi que des lardons, du concentré de tomates, des petits suisses, du gruyère râpé, du faux boursin, deux tablettes de chocolat qui laissent penser qu’il ne sera pas trop merdique au vu de l’emballage, encore d’autres choses qui m’échappent, j’en ai pour huit euros cinquante. La caissière est aimable, économise ses paroles, et a un gros accent portugais qu’elle dissimule comme elle peut. Il n’y a pas de verbe dans ses phrases. Le client derrière moi n’a que des grandes boîtes de bière blonde de luxe, il a le temps de se faire encaisser pendant que j’emballe mes affaires.
Je passe à l’épicerie orientale du boulevard, j’y prends une plaque de trente œufs, des olives, du piment, j’en ai pour cinq euros. J’aurais bien acheté de l’ayran mais c’est trop cher pour moi en ce moment. Un gosse insupportable échappe à l’attention de sa mère et fait volontairement tomber une bouteille d’un soda à la pomme. La bouteille éclate, le liquide a une odeur de produit nettoyant aromatisé, il est d’un vert quasiment fluorescent. Le caissier pleurniche sans pour autant blâmer la femme ou l’enfant, il appelle le manutentionnaire pour qu’il nettoie. En sortant, sans faire attention, mon talon gauche rencontre une expansion de la flaque, à un mètre cinquante de l’épicentre, ça poisse et ma chaussure adhère au sol et produit un bruit dégueu sur une vingtaine de mètres.
Tout se passe correctement, jusqu’à ce que je me fasse avoir de dix euros par le dealos.
J’ai attendu deux jours histoire d’avoir un peu de recul sur ce dernier point, après le mcheun.
Je mettrais un 4/10.


Étiquettes : , ,

senohscrew – Lidl (UK)

L’autre jour avec ma blonde on se décide enfin d’aller faire les courses car nos placards étaient vides…
Au début on allait souvent à ASDA à la Marina car on peut y aller en voiture et on voulais se faire des courses à la British quoi. Il y’a peu de temps on a découvert un Aldi et un Lidl. Je vais vous faire donc par de l’histoire de l’autre jour à Lidl.

On a bien pris soin de prendre des sacs plastiques à la baraque car on en a plein et chaque fois c’est relou de les repayer. On y est allé avec un sac ASDA et un sac ALDI (où le logo est super enfin j’aime bien quoi). Je sais pas si ça vous est déjà arrivé ça mais aller dans un supermarché avec des sacs d’un autre supermarché ça me fout un peu la rachouma… Et vous ? Enfin bon je continu.
On arrive kiltran sur le parking on gare la caisse (genre conduite à gauche dans une voiture Française quoi ) ou le sens de circulation est bien sûr .

On rentre avec un caddie peinard en se disant faut qu’on en aie pour 30£ au moins car notre budget est un peu limité en ce moment. On se sépare dans le magasin pour aller plus vite, moi je file aux achats rudimentaires :
Bacon fumé et oeufs pour le matin. Plusieurs paquets de pâtes (y’a oas trop de choix Fusini ou Penne) des sauces pour accompagner bref tout le brica-brac nécessaire à la survie d’un couple à faible moyens. J’aime bien le Lidl en UK car ils n’ont pas les mêmes produits qu’en France, niveau bières y’ena pas mal et des bonnes en plus, aprés y’a plein de trucs locaux, je cherche dans les rayons peinards, y’a des familles de prolos et des jeunes avec leurs jeans retroussés et bonnets à la commandant Cousteau. Les rayons sont bien rangés et ça sent le propre. C’est plus cool quoi. En me baladant dans les rayons je retombe sur ma meuf avec dans les bras plein d’achats inutiles ( vrai nuttela, vrais kinder bueno, gateaux en tout genre, produits bio de mes couilles) plein de trucs qui coutent chers et dont on n’a pas besoin… Je ne cherche pas a relever car elle va faire son caprice. Arrive la fin des coucourses on se dirige vers la caisse. y’a la queue, ça prend du temps la seule caissière appelle du renfort et une blondasse avec maquillage truelle arrive. Elle fait un peu le gueule et elle a une dent carriée sur le devant, elle sent le parfum trop random (elle a dut commencer son shift y’a pas longtemps) elle est quand même aimable.

On passe avec un gros caddie plein de trucs, arrivé à la fin le total est de 80£ (ma meuf à encore acheté des trucs…) Je file de la thune a ma meuf en rouspetant (trop cher… tes trucs de merde quoi…. pas besoin…) elle paye avec sa carte bancaire Francaise (une mastercard) et la la caissière nous dit non on prend pas les credit cards. Alors moi je lui dit pourquoi et elle me répond parceque. alors on lui dit qu’on va aller chercher au distri-banque de la thune. J’y vais sous la pluie et le froid, je met bien 5 minutes à le trouver. Mais c’est bon j’ai le pognon. Je reviens, entre temps elle a fait passer des clients elle rechope notre caddier et scanne le ticket et on paye.

On charge la voiture et c’est a ce moment là que le sac ALDI décide de se déchirer avec le pain de mie et les cotton tiges qui tombent sur le sol mouillé…….

Des courses qui devaient être utiles se sont transformées en shopping intense de produits trop chers…. Ces courses valent un bon 4/10 .


/

Pour contribuer, envoyez votre review de coucourses à charles.torris@gmail.com
( guidelines )